Publications

Retrouvez les différentes publications de l’association DME


– Actes des congrès –


Les actes des congès de Chartres (1988), Kientzheim (1990), Straubing (1992), Gand (2005), Turin (2014), Troyes (2016), Paris (2019) sont encore disponibles. N’hésitez pas à nous contacter pour les commander.

Regarder la Mort en face – Actes du XIXe congrès international de l’association Danses macabres d’Europe

Mort n’espargne ne petit ne grant : études autour de la mort et de ses représentations : actes du XVIIIe Congrès international de l’association Danses macabres d’Europe, Paris, 19-23 mars 2019 / textes réunis par Ilona Hans-Collas, Didier Jugan, Danielle Quéruel… [et al.]

Mort suit l’homme pas à pas : représentations iconographiques, variations littéraires, diffusion des thèmes : actes du XVIIe Congrès international Danses macabres d’Europe, Troyes, 25-28 mai 2016 / [organisé par l’Association Danses macabres d’Europe ; le CRIMEL (EA 3311), Université de Reims ; l’Association des Amis de la Médiathèque du Grand Troyes] ; textes réunis par Alessandro Benucci, Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert


– Ouvrages –

Catalogue de l’exposition Le Livre & La Mort


– Le bulletin de liaison –

Depuis de nombreuses années l’Association publie un bulletin de liaison qui paraît trois fois par an environ. Ce bulletin, d’une vingtaine de pages au moins, imprimé et édité par l’Association, est constitué des trouvailles, découvertes et recherches des membres. Il est divisé en rubriques telles que : vie de l’association, littérature, exposés, itinéraires, expositions, bibliographie, échanges européens, etc.

Ces bulletins sont également disponibles pour les lecteurs intéressés. Prendre contact avec le secrétariat en allant à la rubrique : association, contact, adhésion.

Le bulletin est compris dans l’adhésion, avec un surcoût pour la version papier envoyée à domicile, tandis que la version PDF permet de réduire le tarif pour l’adhérent.


– La revue RAME –

Une revue 100% PDF envoyée à chaque adhérent

N°1 – Les états et la mort

Ce premier numéro de la Revue de l’art macabre européen est la concrétisation du projet visant à constituer une encyclopédie de l’art macabre. Chacun des numéros traitera d’un sujet différent abordant un aspect particulier de l’iconographie de la mort. Chaque thème iconographique sera constitué de quelques articles émanant de plusieurs contributeurs : ainsi seront regroupés des articles qui ont pu figurer dans les bulletins de liaison antérieurs, des papiers correspondant à des contributions présentées lors des colloques internationaux de l’association ou encore des articles inédits. Ce qui fait le ciment entre tous les documents d’un même numéro de la revue est le thème iconographique qui les relie.

Les auteurs ont toute latitude pour aborder tel ou tel aspect du sujet proposé. Les propos peuvent être complémentaires ou contradictoires. Ils n’engagent que les auteurs et pas une ligne éditoriale de l’association.

À la fin de chaque document, en annexes, sont regroupées des fiches donnant des renseignements sur les œuvres appartenant à la famille iconographique. Ces fiches représentent la connaissance sur le sujet au moment de l’édition. Dans un souci de mise à niveau régulière, les lecteurs qui connaissent d’autres exemples du même sujet pourront le signaler par e-mail aux animateurs de la revue : (fany.eggers.ha@gmail.com et didier.jugan@wanadoo.fr). Ceux-ci mettront à jour le corpus des œuvres. Cette constitution d’un corpus vise à donner un deuxième souffle à l’initiative prise il y a quelques années par Hélène et Bertrand Utzinger de constituer des fiches thématiques.

Ce premier numéro thématique a pour sujet « Les états et la mort ». Nous le dédions à la mémoire de notre ami Philippe Favre, trésorier de l’association DME, qui nous a quittés en décembre 2017. Nul doute que Philippe aurait été le premier à nous soutenir dans cette initiative et à apporter sa contribution dans la constitution du corpus.

Nous remercions Kristiane Lemé-Hébuterne pour sa contribution, Serge Antès, Frank Boucquillon, Michel Hans, Katy Logan, Sophie Oosterwijk, Bertrand Utzinger, Katrien Vandamme pour leurs apports, ainsi qu’Ilona Hans-Collas et Danielle Quéruel qui ont, en plus, relu tous les textes de ce document.

Fany Eggers,

membre du bureau de DME, chargée de la communication

Didier Jugan,

vice-président de DME, chargé d’études en iconographie

N°2 – La Danse macabre des origines à 1520 – Première partie : Les origines

Le numéro 1 de la Revue de l’Art Macabre Européen sur le thème « Les états et la mort » a été publié en mai 2018. Nous avions à l’époque annoncé qu’il y aurait un numéro par an, mais cette déclaration nous semblait d’une extrême prudence, bien décidés à multiplier les sujets dans une même année. Deux ans après, …nous en sommes seulement au numéro 2 ; force est de constater que l’art est difficile ! Les raisons de ce retard sont nombreuses, nous en retiendrons deux essentielles : d’une part, le congrès parisien DME de 2019 a mobilisé notre énergie pendant une bonne année et d’autre part, le sujet nouveau de la Revue, « La Danse macabre » , fondement même de notre association, nécessitait un développement conséquent (424 pages à comparer aux 125 pages du premier numéro) et ce n’est qu’une première partie !

RAME 2 est consacrée à « La Danse macabre des origines à 1520 » : le sujet est donc largement centré sur le XVe siècle. La première partie, objet de ce présent document, traite des « Origines de la Danse macabre », avec les Saints-Innocents bien sûr, mais également avec des projections en amont, à partir de la célèbre citation de Jean Le Fèvre « Je fis de Macabré la dance » écrite en 1376 ou encore à partir de découvertes récentes.

Nous poursuivrons, dans RAME 2, (2e partie à venir), l’analyse des Danses macabres et le corpus des œuvres pour une période s’étendant sur tout le XV e siècle jusqu’en l’année 1520, date de rupture correspondant à l’arrivée de la Réformation qui va donner un sens nouveau au sujet.

Revenons à ce numéro : en cette période de fin de confinement où l’appel au voyage est dans nos esprits, il a été structuré en fonction de trois lieux géographiques :

– le Paris anglo-bourguignon de 1424-1425 avec la Danse macabre au cimetière des Saints-Innocents. Sophie Oosterwijk parle du contexte historique de la réalisation de la peinture murale, Albert Châtelet propose un nom pour son commanditaire et pour le peintre qui aurait réalisé l’œuvre. Laurent Ungeheuer, qui a travaillé sur les Danses macabres de marge contemporaines des Saints-Innocents, élargit le champ à d’autres commanditaires potentiels de la peinture murale parisienne.

– Le duché de Bourgogne au temps de Philippe le Bon. Hanno Wijsmann a identifié, à la BnF, le manuscrit que possédait Philippe le Bon avec le texte de la Danse macabre parisienne. Il le remet dans son contexte historique et littéraire et il montre en quoi ce manuscrit constitue une des premières références de la Danse parisienne. Le texte de ce manuscrit a été transcrit par Danielle Quéruel et il est présenté en comparaison avec le texte de Guy Marchant édité en 1485.

– Chambéry, le duché de Savoie et l’Empire. Un rôlet de théâtre, découvert à Chambéry et étudié par Georges Fréchet permet de poser à nouveau plusieurs questions par rapport à l’origine de la Danse macabre des Saints-Innocents. Didier Jugan articule sa réflexion autour de la Mort, du revenant et du cadavre pour envisager des origines théâtrales à la Danse macabre en amont des Saints-Innocents. Le texte du rôlet de Chambéry est présenté par une version en français moderne de Georges Fréchet et une transcription de Thérèse Alexandre, Didier Jugan et Danielle Quéruel.

La Revue tente d’aborder de multiples aspects des Danses macabres des origines via l’histoire, l’histoire de l’art et la littérature. La complexité du sujet invite à prendre en compte plusieurs facettes du sujet : les contextes historiques, l’histoire des mentalités, l’historiographie, l’iconographie, la conception artistique et le statut des commanditaires, le genre littéraire, sa formalisation sous forme de proverbes et l’expression théâtrale d’une Moralité. Une volonté particulière des éditeurs a été de mettre à disposition des lecteurs tous les textes-sources utilisés par les auteurs, dans les versions transcrites, avec, pour les textes en langue étrangère, une traduction en français.

RAME a pour vocation de confronter les idées, de laisser circuler des propositions éventuellement contradictoires à partir du moment où elles sont argumentées et font avancer la compréhension d’un sujet. La revue RAME se termine toujours par des fiches techniques qui constituent un Corpus actualisable par des versions successives. Le premier numéro de RAME sur « les états et la Mort » a suscité après sa parution des commentaires et permis une augmentation du nombre d’œuvres concernées par le corpus. Une version 2 va voir le jour cette année pour actualiser le numéro de mai 2018. Chaque lecteur est invité à enrichir ce travail.

RAME est une revue gratuite envoyée par voie électronique à tous les membres de l’association Danses macabres d’Europe. Les articles sont en général écrits également par les membres de l’association. Pour ce numéro, nous remercions chaleureusement tous les contributeurs et particulièrement deux auteurs, Albert Châtelet et Hanno Wijsmann, et trois traducteurs, Thérèse Alexandre, Barbara Benoist et Raphaël Jugan, qui ne sont pas membres de DME mais qui ont accepté d’apporter des contributions de grand intérêt. Nous remercions également Ilona Hans-Collas, Danielle Quéruel et Laurent Ungeheuer pour avoir pris de leurs temps pour relire et corriger les textes avant diffusion.

Bonne lecture. Vos retours, que nous espérons nombreux, nous seront précieux pour améliorer cette Revue.

Fany Eggers,

membre du bureau de DME, chargée de la communication

Didier Jugan,

vice-président de DME, chargé d’études en iconographie


– Bibliographie généraliste indicative –

RUBRIQUE EN CONSTRUCTION, VEUILLEZ NOUS EXCUSER…