Vanités

PAGE EN CONSTRUCTION, VEUILLEZ NOUS EXCUSER…

Le terme Vanité désigne un terme particulier de l’art occidental et renvoie directement à la futilité des plaisirs terrestres que l’homme peut être amené à convoiter, mais qui peuvent constituer autant d’obstacles au salut de son âme.

Souvent apparentée aux Natures mortes, la Vanité présente la particularité d’engager à une réflexion sur la précarité de la condition humaine en présentant au spectateur un ou plusieurs objets évoquant les plaisirs terrestres, aussi divers que de la nourriture, des instruments et partitions de musique, pièces d’orfèvrerie, objets liés au savoir (livres, bésicles, compas, sextants….), œuvres d’art, bouquets de fleurs ou encore tissus de prix, symboles du pouvoir (couronnes, sceptres, armes…), associés à un ou plusieurs autres objets faisant allusion, de manière plus ou moins directe, au temps qui passe, au pourrissement, à la décrépitude…

L’expression Memento Mori, locution latine signifiant « souviens-toi que tu mourras », se substitue souvent au terme Vanité. Toutefois, le Memento Mori est à comprendre comme un éléments symbolique évoquant directement la mort, la fragilité de l’existence humaine, sans pour autant suffire à constituer une Vanité. Il peut prendre la forme d’un objet ou se trouver inscrit en toutes lettres, de même que la formule tirée de l’Ecclésiaste « Vanitas vanitatum, omnia vanitas« , parfois réduite à sa seconde partie « omnia vanitas« , tout est vanité.

Le crâne humain est le Memento Mori le plus répandu de l’art macabre, mais on lui préfère parfois des renvois plus subtils, tels qu’une mouche, la pourriture gagnant un fruit, une fleur commençant à se faner, la flamme d’une bougie venant de mourir, un instrument de mesure du temps, etc.