Mercredi 13 Décembre 2017
 
 
En France En Europe Prémices Corollaires Autres Aspects Publications L'Association
OROLLAIRES
 
 ÷ En Littérature
 ÷ Les Triomphes de la Mort
 ÷ La Mort chevauchant
 ÷ L'Ars Moriendi
 ÷ L'Ankou
 ÷ Autres Corollaires
 ÷ Musique
 ÷ Album Photos
 
 
 
ITTERATURE...
Ars moriendi

L'Ars moriendi (art de bien mourir) a un aspect strictement religieux et moralisateur : cet « Art de bien mourir » est l'enseignement que l'église fait au chrétien qui souhaite une mort pieuse, édifiante, pour obtenir le Paradis. La leçon, les moyens didactiques sont donc bien différents de ceux de la Danse macabre qui montre pourriture et vers, ceux là parlent grâce divine et secours des anges. Alors que celle-ci entraîne la victime immédiatement, ceux-là présentent l'individu mourant, non abstrait, ayant le temps de passer en revue toute sa vie, ses bonnes et mauvaises actions ; c'est un dernier examen de conscience, rapide, fulgurant mais triomphal finalement. Il faut noter qu'il n'y a point de mort ni de Mort dans cette iconographie, nous sommes dans la spiritualité chrétienne, la Faucheuse ne s'active pas ; l'âme du chrétien qui sortira finalement de la bouche du mourant est acteur et non victime.
Pénétrons maintenant dans la chambre du mourant qui va subir successivement cinq tentations : la Foi, l'Espérance, les Biens terrestres, l'Impatience, l'Orgueil. à chaque épreuve il est assailli par des monstres, des diables symbolisant le mal mais il est réconforté par des saints, des anges symbolisant le bien. Après une lutte acharnée le mourant vient d'expirer, le prêtre qui l'assiste place un cierge entre ses mains ; le Christ, la sainte Vierge et les saints sont présents de même que les anges qui sont nombreux ; l'un d'entre eux se saisit de l'âme du mourant. Les démons définitivement vaincus s'enfuient en de grotesques pirouettes.
C'est un magnifique enseignement que cet Ars moriendi, plein de charme naïf et de foi profonde. Il est à peu près contemporain des premières Danses macabres et apporte une espérance, un réconfort religieux qui n'apparaît pas dans celles-ci.
Les éditions de ces Artes Moriendi sont nombreuses dans la plupart des pays européens mais ce sont surtout la France, l'Allemagne et l'Espagne qui les ont édités.
Leur auteur princeps est inconnu mais il est bien possible qu'il s'agisse de Gerson dont les œuvres et le style semblent en forte analogie avec ces images et ces textes très didactiques, très proches de l'enseignement populaire.
(Illustration : Ars moriendi de Vrä, au Danemark)

separe
 
       
Visiteurs : 727458 © Association des Danses Macabres d'Europe - 2009 - Mis à jour le : 12 - 12 - 2017