Samedi 23 Juin 2018
 
 
En France En Europe Prémices Corollaires Autres Aspects Publications L'Association
OROLLAIRES
 
 ÷ En Littérature
 ÷ Les Triomphes de la Mort
 ÷ La Mort chevauchant
 ÷ L'Ars Moriendi
 ÷ L'Ankou
 ÷ Autres Corollaires
 ÷ Musique
 ÷ Album Photos
 
 
 
ORT HEVAUCHANT...
La Mort chevauchant
La Mort chevauchant un bœuf est semble-t-il une représentation beaucoup plus ancienne que les Danses macabres.
La description en est simple : la Mort, plus ou moins triomphale et aussi plus ou moins squelettique, armée d’un dard, d’une lance ou d’une faux, est assise à califourchon sur le dos de cet animal. La marche lente du bœuf représente évidemment la pesanteur, la rigidité, la rectitude tranquille et impassible, sans précipitation mais que rien n’arrête. Tout autour de cette Mort cheminant se presse une foule détruite ou suppliante, abattue par l’inexorabilité.
Laborde la décrit comme apparaissant pour la première fois en iconographie dans la Danse aux aveugles de Pierre Michault réalisée en 1465.
Nous ne connaissons actuellement qu’une peinture murale de cette iconographie à Höjby au Danemark. En revanche il en existe plusieurs exemplaires dans les livres d’Heures. Ces images sont souvent associées, ou confondues avec des Triomphes de la Mort. La plus ancienne représentation se trouverait dans un missel d’Amiens de 1393.
On trouve de temps en temps des Morts chevauchant un animal autre qu’un bœuf ; nous en avons vu chevaucher un lion, ou un cheval squelettique et même une licorne dans les Très riches heures du duc de Berry, au folio des funérailles de Diocrès (où se trouve également l’illustration des trois Morts et des trois Vifs).
Illustration : la Mort chevauchant une licorne, dans les Très riches Heures du duc de Berry.

separe
 
       
Visiteurs : 753703 © Association des Danses Macabres d'Europe - 2009 - Mis à jour le : 04 - 03 - 2018