Vendredi 27 Avril 2018
 
 
En France En Europe Prémices Corollaires Autres Aspects Publications L'Association
OROLLAIRES
 
 ÷ En Littérature
 ÷ Les Triomphes de la Mort
 ÷ La Mort chevauchant
 ÷ L'Ars Moriendi
 ÷ L'Ankou
 ÷ Autres Corollaires
 ÷ Musique
 ÷ Album Photos
 
 
 
NKOU...
L'Ankou
Une autre forme spécifique et localisée de la mort est personnalisée par l’Ankou. Cette appellation était déjà utilisée dans le haut moyen âge en Bretagne et dans cette province, l’Ankou, c’est la Mort, qui tue celui qui le voit ou qui l’entend. Presque toujours sculpté en bois ou en pierre, il est armé d’une faux ou d’un dard. C’est une menace directe et non un avertissement. Sa faux est classiquement montée à l’envers, tranchant vers l’extérieur, et il la brandit en disant : « Je vous tue tous », ou bien : « je suis le parrain de celui qui fera fin ». Il existe une multitude de légendes bretonnes très anciennes, racontées en particulier par Anatole Le Braz ; l’Ankou se déplace, dit-on, dans une mauvaise charrette tirée par une maigre rosse dans un bruit épouvantable de pierres et de ferrailles ; celui qui la voit ou l’entend mourra dans les heures qui suivent. Des peintres bretons tels que Mathurin Méheut ont fait plusieurs représentations de cet Ankou, sa charrette et ses séides.. à vrai dire les représentations de l’Ankou ne sont pas très fréquentes : moins d’une dizaine, elles se situent presque toutes en Basse-Bretagne, c’est-à-dire vers le sud-ouest de cette région.
Illustration : l'Ankou sur le toit de l’église de Noyal-Pontivy.

separe
 
       
Visiteurs : 747394 © Association des Danses Macabres d'Europe - 2009 - Mis à jour le : 04 - 03 - 2018